Actu·En Bref·Sevrage

Le sevrage chez nos ancêtres

Un petit article très court paru dans le dernier Sciences et Vie (N°1151) a attiré mon attention.

Notre lointain ancêtre Néandertal qui a vécu entre environ 250 000 et 28 000 ans avant le temps présent nourrissait ses petits en les allaitant, comme les autres mammifères. On s’en doutait…mais une récente découverte a permis d’évaluer combien de temps l’allaitement durait et à quel âge se faisait le sevrage… Car à cette époque, pas de formulation lactée pour se substituer rapidement au lait maternel.

Alors ?

Et bien, les chercheurs ont découvert (publication 2013), que bébé était allaité exclusivement 7 mois, date du début de la diversification. Mais l’allaitement cessait totalement vers 14 mois…
Comment sait-on cela, après tout ce temps ? Saluons le travail fin des anthropologues (quel science passionnante je trouve !) qui se sont intéressés aux dents de nos ancêtres ! car elles révèlent beaucoup d’informations. Cela avait déjà été le cas en 2008 [1]
Plus récemment [2], c’est le contenu en calcium et en baryum des dents qui rend compte de la transition du lait maternel vers la nourriture solide.

dent_grav

Après le sevrage total, le niveau de baryum chute rapidement dans la dent.

Ces résultats reposent sur un seul échantillon, donc c’est assez peu pour en tirer une conclusion générale.

Commentaires des auteurs :
– L’allaitement exclusif jusqu’à 7 mois correspond aux recommandations actuelles de l’OMS
– Le sevrage total à 14 mois est qualifié d’un peu « précoce » par les auteurs, qui rappellent que dans les pays non industrialisés, le sevrage total se situe autour de 2 ans 1/2 (d’où la nécessité de vérifier le résultat sur un autre spécimen du passé).
– ce genre de découverte est importante car elle donne accès à d’autres types d’informations : la démographie  et les habitudes de vie de ces populations, notamment l’intervalle de temps entre deux naissances.

Ainsi deux hypothèses sont évoquées, si le sevrage intervient bien autour des 14 mois:
1- soit l’intervalle entre deux naissances est assez court (avis d’antrhopologue), impliquant une « grande » famille
2- soit la mère de l’enfant de la dent étudiée, est tombée malade rapidement voire est morte.

Il faut donc d’autres spécimens pour conclure mais ces premiers résultats restent intéressants !

Références :

[1] Humphrey, L. T., Dean, M. C., Jeffries, T. E., & Penn, M. Proc. Natl Acad. Sci. USA 105,6834–6839 (2008)

[2] Austin, C. et al. Nature http://dx.doi.org/10.1038/nature12169 (2013).
Un résumé en anglais ICI

Publicités

8 réflexions au sujet de « Le sevrage chez nos ancêtres »

  1. ok merci beaucoup je vais regarder et fouiller..; car effectivement c’est intéressant. Mais le gros reproche que je fais à ces articles journalistiques, c’est que les références des articles de départ (publications des chercheurs) ne sont pas citées…bref, difficile d’aller vérifier un point précis (comment l’étude a été menée par ex ). bref des questions qu’on ne manque jamais de se poser…A suivre donc !

  2. C’est le genre de questions qui me turlupinent souvent, alors j’ai beaucoup apprécié ton texte, mais je suis restée sur ma faim concernant les conclusions… J’aimerais beaucoup que les chercheurs puissent étudier d’autres individus pour savoir si le sevrage à 14 mois chez nos « ancêtres » était la norme ou plutôt un cas isolé. Difficile de tirer des conclusions crédibles d’un si petit échantillonnage, n’est-ce pas ?

  3. et il faudrait savoi si Sapiens allaitait plus longtemps ou moins (parce que c’est lui qui a gagné à la fin)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s